[Voyage en Mongolie #4] Arrivée au camp, rencontre avec les cavaliers mongols et règles de vie.

Après les 80 kilomètres de pistes au milieu d’immenses steppes, traversant rivières, évitant rochers et troupeaux de yacks, nous arrivons enfin au camp. Il est prévu de séjourner ici 6 jours, afin de s’imprégner un maximum des coutumes et du mode de vie de ces courageux éleveurs nomades. Dans ce camp, nous comptons à peine quelques yourtes, pour une dizaine de personnes vivant ici à l’année.

Notre campement pour la semaine

Notre campement pour la semaine

Dès notre arrivée, les membres personnes de cette famille nous accueillent avec le sourire (aussi expressif que le notre, d’ailleurs !) et ne tardent pas à nous inviter dans la yourte familiale. Il est nous proposé immédiatement une boisson chaude, du thé au lait de yack. Évidemment, c’est une première pour chacun d’entre nous. Je ne sais pas si tu te souviens quel goût a la Floraline, mais c’est l’aliment le plus comparable que j’ai pu trouver pour te décrire ce thé. C’est un peu épais et relativement opaque. Avec ce met d’accueil, on nous fait circuler un soucoupe de crème, également à base de lait de yack. Cet agrément se mange à la cuillère, où dilué dans le thé. Nous sommes très fiers d’enfin rencontrer ces gens, dont la vie nous est encore complètement inconnue et qui nous accueillent parmi eux.

Petit tour d’horizon…

Tuvanna et notre voisin se repose après une promenade à cheval

Tuvanna (à droite) et notre voisin se reposent après une journée à cheval

Boldo, le chef de village, sur le toit d'une yourte

Boldo, le chef de village, sur le toit d’une yourte

Boldo

Boldo et son inséparable chapeau

Dembe, ami de la famille de Boldo

Dembe, ami de la famille de Boldo

Boldo, Tuvanna et sa fille

Boldo, Tuvanna et sa fille

Femme de Bor en présence de sa fille, pendant la traite d'un yack

La femme de Bor en présence de sa fille, pendant la traite d’un yack

La fille de Tuvanna, rentré de la ville pour quelques jours

La fille de Tuvanna, rentrée de la ville pour quelques jours

Bilegsaikhan

Bilegsaikhan

Ganchimeg, véritable héroïne au seing du camp

Ganchimeg, véritable héroïne au sein du camp

Bor (à gauche), Dembe et la fille de Tuvanna

Bor (à gauche), Dembe et la fille de Tuvanna

Nos trois héros, Dembe, Tuvanna ainsi que Boldo

Nos trois héros, Dembe, Tuvanna ainsi que Boldo

Bilegsaikhan

Bilegsaikhan

Ces familles nomades de Mongolie se déplacent généralement quatre fois par an et emmènent avec elles leurs troupeaux et leurs yourtes. En hiver, où la température descend sous les -40°c, les nomades se déplacent jusqu’à un camp d’hiver judicieusement choisi qui leur permettra d’être à l’abris des vents forts. Chaque saison à son camp, sélectionné pour l’abondance d’herbes ou la qualité de son pâturage.

Découverte des yourtes et règles de vie.

La yourte dans laquelle nous nous trouvons respecte chacune des caractéristiques des authentiques yourtes mongoles. La yourte est une forme symbolique du monde du peuple mongol. Ainsi, le caractère sacré de la nature et des esprits qui l’habitent confère à la yourte de nombreuses règles de vie qui doivent être respectées du moment que l’on rentre dans une de ces habitations étonnantes.

Tout d’abord, la porte d’entrée d’une yourte est placée au Sud, face aux deux piliers centraux qui représentent la liaison entre la terre et le ciel. Nous retrouvons d’ailleurs ces deux poteaux sur le drapeau mongol.

Drapeau mongol

Drapeau mongol où sont présents les poteaux centraux d’une yourte.

Si la porte d’entrée de la yourte dans laquelle nous souhaitons entrer est fermée, il n’est pas d’usage de frapper à la porte, mais plutôt d’annoncer sa venue à haute voie (et parfois de demander à tenir le chien). Il est impératif d’entrer dans la yourte du pied droit, sans jamais (JAMAIS, t’entends ?) marcher sur le seuil (petite marche séparant l’intérieur de l’extérieur). A l’époque de Genghis Khan, marcher sur le seuil était puni de la peine capitale… Ça filait droit à l’époque, t’imagines le sort réservé aux jeunes qui passait leurs nuits sur Internet… Bref, il était plutôt conseillé d’enjamber soigneusement le pas de la porte. Pour l’anecdote, dis-toi que j’ai tellement fait gaffe à cette règle, que depuis mon retour en France, je continue à faire attention alors même qu’il n’existe pas vraiment de seuil chez nous…

La décoration contemporaine de la yourte familiale

La décoration contemporaine de la yourte familiale

Aussi, un des autres grands interdits est de passer entre les deux piliers centraux. Il est également de coutume de ne pas rester debout (bien que la hauteur au plafond soit suffisante), et il faut se déplacer toujours sur la gauche après être entré. Si ton hôte t’invite à venir à ses cotés, à la place d’honneur (face à la porte), accepte, c’est une chance ! Quand tu entres dans une yourte, n’enlève pas ton chapeau (soulève le légèrement en signe de salutations), et n’entre pas avec quelque chose qui pourrait s’apparenter à une arme (les cravaches, par exemple).

J’ai croisé des difficultés pour une des coutumes de vie dans la yourte : en étant assis, il ne faut jamais tendre les jambes vers quelqu’un ou vers le feu. Avec ma souplesse de poteau électrique coulé dans du béton, s’asseoir en tailleur était aussi simple que de réciter l’alphabet pour Ribery… T’imagines bien que la présence de tabouret était une aubaine pour moi.

Nourriture et boisson

Comme chez nous, il y a des règles de vie pendant les repas. Ces codes de conduites sont de vraies découvertes pour nous. Et nous nous sommes efforcés de respecter du mieux que possibles les habitudes de nos hôtes.

Tout d’abord, il faut recevoir ce qui nous est tendu avec les deux mains, ou de la main droite, mais en aucun cas de la main gauche. Souvent, il nous était proposé différentes préparations (thé au lait, yahourt, crème, etc…), et même si certaines saveurs ne semblent pas à notre goût, il est important d’accepter ce qu’on nous donne, et à défaut de finir notre part, d’y goûter. Cette règle est à respecter pour les aliments, comme pour les alcools. Même si certains sont forts, ou difficiles à avaler (nous y reviendrons dans un prochain article *sourire*), il est important d’y tremper les lèvres par politesse.

Le thé au lait de yack, (presque) tout le monde apprécie.

Le thé au lait de yack, (presque) tout le monde apprécie.

Lors d’un apéro, la personne qui invite à boire est la personne qui sera chargée de remplir les verres à ses invités. Cette personne délivrera en main propre le verre qu’il vient de servir. Une fois le verre bu, il lui revient, rendu aussi en main propre. Un deuxième verre peut être servi à la personne suivante de l’assemblée. Il est possible de faire une offrande aux esprits en trempant l’annulaire de la main droite dans son verre, puis d’envoyer les gouttes en l’air dans 3 directions différentes. Avant de basculer le verre (d’un coup, évidemment), les mongols annoncent « Tok toï« , c’est un peu notre « tchin tchin« .

Découverte de notre lieu de vie

Après cet accueil chaleureux, nous prenons place dans nos apparte…. dans notre yourte. Nous avons de la chance, nous ne serons que 5 dans notre grande tente ! Notre yourte n’est pas meublée, mais de bon matelas sont allongés sur des sommiers au sol, de quoi bien dormir. La nuit, il fait quand même assez frisquet, un poêle à bois est présent en plein centre, sur le sol. Sa cheminée est un grand tube qui expulse la fumée par un trou dans la toile. A peine le feu allumé que la température à l’intérieur de la yourte augmente : il peut faire très chaud si l’on sous estime le pouvoir de ces poêles en fonte. Vite chauffée, mais vite refroidie également ! La nuit, si tu ne prends pas ton courage à deux mains pour raviver le feu, tu peux vite te croire à la belle étoile un soir d’hiver.

Mes nuits reposantes dans la yourte

Mes nuits reposantes dans la yourte

Les chiens aboyeurs

La nuit, les loups rodent autour du camp. Il est d’usage de rentrer les brebis et bébés moutons pour éviter qu’ils ne se fassent emporter par les méchants loups. Pour régler ce problème, les mongols s’équipent de chiens : les chiens aboyeurs. Il nous avait été dit avant notre départ de se méfier des chiens aboyeurs, et qu’il était utile pour les dormeurs difficiles de prendre des bouchons pour réussir à dormir. Pour le coup, on peut dire que ces chiens sont des chiens bien choisis ! A peine la nuit tombée, le chien aboyeur… aboie.  Tu penses bien que c’est une super berceuse pour s’endormir. Il s’arrête au moment ou le jour se lève. Ça fait peut être fuir les loups, mais pas la fatigue…

Notre camp est composée d’une petite dizaine de yourtes. 3 petites familles y vivent, et chacune ont leur propre yourte. Deux sont réservées à nous, visiteurs éphémères, 2 autres sont là pour… les bébés chèvres ! Nous y reviendrons plus tard, l’expérience est suffisamment anecdotique pour être décrite plus amplement.

Face à notre camp se trouve une colline de taille moyenne, un de ses versants est boisé de mélèze. La vue est incroyable et nous pouvons contempler les steppes vertes sur des kilomètres et des kilomètres. La vallée de l’Orkhon est une vallée formée par d’anciennes coulées de lave, nous avons la chance (et c’est pas peu dire!) d’avoir un chaos de rocs et de pierres volcaniques à proximité. En effet, vous vous doutez bien que niveau sanitaires, les steppes mongoles, c’est bien, MAIS PAS TOP ! c’est un luxe d’avoir un espace attenant plutôt discret pour aller fair… enfin bref, tu m’as compris, j’aime me laver les dents sans être dérangé.

Toute l'équipe réunie

Toute l’équipe réunie

Ronron est là !

Ronron est là !

Les colocataires sont assez sympas, bien qu'envahissants par moment

Les colocataires sont assez sympas, bien qu’envahissants par moment

Bronzette matinale pour nos amis équins

Bronzette sur le pas de la porte pour nos amis équins

Lueur du soir sur notre habitation

Lueur du soir sur notre habitation

Premier couché de soleil sur le camp

Premier couché de soleil sur le camp

Soleil, cheval, un bon résumé de notre semaine.

Repas au couché du soleil pour nos montures


Tags: , , , , ,

3 Responses to “[Voyage en Mongolie #4] Arrivée au camp, rencontre avec les cavaliers mongols et règles de vie.”

  1. Sabine (Randocheval Mongolie) 24 mai 2013 at 7 h 28 min #

    Encore un récit excellent et des photos superbes, bravo François !
    Je le partage sur la page Facebook de Randocheval Mongolie.
    Bonne journée !

    • François 24 mai 2013 at 10 h 20 min #

      Merci Sabine ! Ça me plaisir de voir que ces articles sont appréciés ! Lors d’un prochain article, je ne manquerai pas de présenter (et remercier) rando cheval qui a fait un énorme travail d’organisation. Yeruult n’as encore eu son heure de gloire sur le blog, et je compte bien le remercier chaudement pour la belle aventure ! À bientôt pour un prochain article !

  2. Travail a Domicile 5 octobre 2013 at 14 h 48 min #

    Cette lecture m a semble trop courte, je vous remercie pour ce regale passe a vos cote.

Leave a Reply