J’ai testé : La Frappadingue

Dans le genre épreuve physique difficile, il existe les parcours d’entrainements militaires : des parcours où il faut ramper dans la boue, escalader des obstacles, et en baver toute une journée. Et puis il y a la Frappadingue, épreuve sportive complètement différente puisqu’il s’agit là de ramper dans la boue, escalader des obstacles, et en baver toute une journée… avec un costume. Tel était le programme de dimanche : terminer l’épreuve de la Frappadingue Alp X’trem qui se déroulait sur le domaine de Courchevel, en Savoie.

Alors la Frappadingue, qu’est ce que c’est ? C’est un parcours parsemé d’embûches, de passages d’échelles, de filets à grimper, d’amas de pneus, de marres d’eau glacée et de marre de cette putain de boue qui rentre dans les fesses. Aussi, sachez que le parcours pour cette épreuve alpine était d’environ 13.5 km : une joie, donc, pour les gars comme moi qui remettent leur existence en question après la montée de 2 étages par l’escalier. De l’altitude et du dénivelé au programme, de quoi se régaler.

Comment en sommes nous arrivés là ? Allez savoir. Toujours est-il qu’un jour, mes amis et moi avons rempli de notre plein gré le formulaire d’inscription. Ce n’est donc qu’après avoir payé les droits d’entrée que nos copines respectives pouvaient revoir à la baisse le degré de leurs menaces pour que nous puissions démarrer l’entrainement. Pendant les 2 mois environ précédents notre mort l’épreuve, nous nous sommes entraînés à hauteur de 2 ou 3 séances sportives par semaine. Chaque séance d’entrainement était une véritable victoire pour nous, coureurs du dimanche.

Jusqu’à une semaine de l’épreuve, nous espérions encore secrètement être recalés à l’épreuve cruciale du certificat médical. Personnellement j’ai bien essayé de biaiser la docteur (non, il n’y a pas de lettre en trop) en plaçant de subtiles « c’est normal si des fois je tombe sans prévenir? » ou bien « j’ai un peu des douleurs au coeur parfois, mais j’pense pas qu’ce soit très grave, ça doit être à cause de l’essence que je bois pour me soulager de quand je saigne des yeux ». Rien n’y a fait, j’ai eu mon certificat… Un examen avec présence de triche de plus à mon compteur.


GOD PLIZ, I PRAY U TO DO NAT LET UZ !



 
Evidemment, pour corser le tout, la consigne est d’arriver déguisé. Forcément, courir en tenue de sport, c’était trop facile. Pour le coup, on pensait être pas trop mal en se costumant en Rambo : peinture de guerre, marcel féminin ultra moulant et l’incontournable bandeau rouge. Finalement, nous étions aussi banals qu’un corner raté au PSG. Les déguisements étaient fabuleux : des infirmiers, des mousquetaires, des vaches (et leurs cloches), tant et tant de tenues totalement casse-pieds pour une épreuve telle que la Frappadingue.

Pour illustrer au mieux les différentes épreuves présentes lors de cette Frappadingue, rien ne vaut des images, et même une vidéo ! Par chance, nombreux étaient les participants qui s’étaient arnachés une caméra sur la tête pour tout filmer. Voici donc le récit en vidéo de cette folle journée.

Après 3h16 exactement de course, de remise en question et de prière, notre fine équipe pouvait arriver, complètement ravagée par ces quelques heures d’effort. Parmi les épreuves les plus difficiles, on retrouve les bacs d’eau glacée (à 3 minutes 30), les zones où il fallait ramper sous des clôtures électriques (vers 7 min 50), le passages dans les pneus de tracteur (5 min 40), les décentes en corde sur des pentes boueuses et raides (4min40), et enfin les passages dans les tuyaux d’évacuation d’eau sous les routes (5min10) et dans le noir.

Bien sur, dans cette vidéo, on ne voit pas les moments où nos poumons crachent du sang. En effet, durant les 5 premiers kilomètres, c’était quasiment exclusivement de la montée… 400m de dénivelé dans les dents dès le départ, c’est sur, ça te prépare pour la suite.

3h16 d’effort, c’est une chose. Une performance que je juge correcte à la vue de ma condition physique, de mon endurance et de la taille 44 de mes pantalons. Mais imaginez notre surprise, quand nous, l’équipe des « Sacs à vin », nous étions à peine au ravitaillement (5km de distance), que nous entendions déjà les cloches d’un primo-arrivant : temps exact, le temps qu’il faut à Ribery pour faire ses lacets, 1h23.

Malgré toutes ces galères et ces moments où j’ai eu la chance de ne pas avoir de fiole de cyanure avec moi, j’espère aujourd’hui pouvoir participer aux prochaines Frappadingues. On en chie, on en bave, mais qu’est ce qu’on s’amuse ! Une course pour tous, difficile, mais pour tous et toutes.

 


Tags: , , , , ,

13 Responses to “J’ai testé : La Frappadingue”

  1. Alban 30 août 2012 at 20 h 33 min #

    Article génial !
    Je fais la prochaine avec toi !

  2. Klair33 9 novembre 2012 at 19 h 37 min #

    Tu dis « Une course pour tous, difficile, mais pour tous et toutes. »
    Est-ce que tu le penses vraiment ? ;-)

    Je pars d’un niveau 0 niveau sport, mais avec une furieuse envie de bien m’amuser, d’en baver aussi, et d’arriver au bout. Est-ce que j’ai mes chances ?
    Bon, c’est pour l’AQ X’TREM, de Bourg sur Gironde, début avril. J’ai un peu de temps pour m’entrainer et l’eau sera peut être moins froide….

    Alors, un avis objectif : je m’inscris ou pas ????

    Claire

    • RonRon 9 novembre 2012 at 20 h 30 min #

      Bonjour Klair !
      Pour être honnête avec toi, je n’avais pas couru de tout l’hiver. Condition physique mauvaise. Notre frappadingue était fin aout, ça nous laissait à mon équipe et à moi le temps de nous entraîner (un peu).

      Nous avons pris les 3 mois précédents l’épreuve pour aller courir, mais c’était calme ! nous essayions de faire de mieux en mieux, mais souvent c’était des entrainement de 45 min de course à pied. J’ai aussi rencontré une période de mal au dos pendant ces 3 mois, donc c’était je trouve assez cool : pas plus qu’une personne qui fait du footing de façon régulière.

      Certains de mes collègues n’étaient non plus pas entraînés, et ont terminé la course.

      Il faut savoir que nous avons fini la course en 3h15, c’est une longue durée, mais il s’agit de 13 km environ ! en 3h15 ca fait du 4km/h, c’est plus lent que de la marche sur du plat. Nous avions beaucoup de dénivelé en Savoie, ça nous ralentissait aussi, certes… Mais les épreuves permettent, étrangement, de souffler. Le coeur et les poumons ne sont pas si sollicités que ça. La difficulté vient que tout le corps est épuisé (ramper, nager, se lever, courir, ramper, etc).

      Les jambes sont de la guimauve en fin de journée, mais quel plaisir ! Tous le monde s’entre-aide, rigole, se chambre. Parfois, il y a du monde sur certaines animations, et des petits bouchons se forment, c’est l’occasion de souffler et de rire avec tous le monde, tous boueux et sales jusqu’à la moelle !

      Pour conclure, je t’encourage à y aller, évidemment ! si c’est avec des amis à toi, c’est encore mieux, vous en garderez un souvenir impérissable. Pour ma part, j’ai d’ores et déjà réservé mon weekend de fin aout pour remettre ça, et j’ai enrôler des amis/amies !

      bon courage quand même, ça reste du trail / running ;)
      Amuse toi bien.

      • Klair33 9 novembre 2012 at 22 h 03 min #

        Rholala…. Je ne sais pas si ça me rassure vraiment !
        Moi je n’ai vraiment aucune pratique sportive… Je suis « endurante », mais nulle en course à pied par exemple.

        C’est le côté « bonne marade » qui me tente, l’ambiance qu’il semble y avoir, l’entraide. Mais si je m’inscris, c’est dans une équipe où ils seront tous sportifs, et pour certains profs de sport…..

        Ce qui est certain, c’est que par chez nous c’est quand même bien plus plat que par chez toi !!!

        Je vais essayer d’en savoir plus sur le kilométrage peut être.
        Je ne voudrais pas être un « boulet » pour mon équipe, sachant qu’ils y vont pour s’éclater mais avec une ferme envie de performance quand même…
        Mon mari m’a proposé de faire une autre équipe, lui et moi, mais du coup il risque de moins s’amuser s’il doit toujours m’attendre.

        En tout cas ton article est très chouette, un style incisif et drôle…. Je vais aller surfer un peu sur le blog.

        Merci de ta réponse, et peut être à bientôt.

        • RonRon 11 novembre 2012 at 15 h 27 min #

          Si j’ai un petit conseil à te donner, c’est de faire la course à ton rythme, sinon tu vas être cuite… n’essaye pas de suivre tes camarades entrainés, la fin risque d’être compliquée…

          L’idée de les laisser filer a leur rythme est une bonne idée, je pense.

  3. Klair33 18 novembre 2012 at 21 h 43 min #

    C’est bon, j’ai réussi à convaincre d’autres personnes avec un tout petit niveau de sport mais une grosse motivation !!! On va y arriver. Et en effet, ce sera chacun notre rythme !

    • Klair33 24 février 2013 at 19 h 17 min #

      Salut RonRon
      Quelques nouvelles à 6 semaines de la frappadingue Aq X’trem : Petit entrainement tous les dimanche, je suis partie de 0, et ce matin j’ai couru 8 km, tranquille !
      Je ne désespère pas d’y arriver et de la finir tête haute !!!
      A bientôt

  4. RonRon 8 mars 2013 at 14 h 23 min #

    Héhé, c’est dans la poche alors !! Je vais bientôt reprendre l’entrainement pour faire celle d’aout à Courchevel. Je vais voir pour y ramener des amis aussi ;)

    Bon courage, et pense à déposer ton ressenti, peut être que ça motivera ceux qui sont encore réticents parmi mes connaissances ;)!
    a+

  5. Klair33 12 avril 2013 at 21 h 50 min #

    ça y est, c’est fait !

    C’était tout simplement génial… Je n’arrive pas à redescendre sur terre depuis dimanche dernier… Et pourtant on en a mangé de la terre, surtout mélangée à de l’eau – froide, très froide- !!!

    Comme prévu, nous n’avons pas fait de performance. Mais nous sommes allés au bout, tous ensemble.

    Je pense déjà à celle de l’année prochaine… D’ici là mes nombreux bleus auront disparus et comme je vais continuer à courir, maintenant que les habitudes sont prises, je devrais faire mieux encore !!!

    Merci de ton soutien. A bientôt,

    Claire

    • Francois 25 juillet 2013 at 4 h 31 min #

      Allez, à mon tour de reprendre l’entrainement ! La frappadingue Alp Extrem’ arrive fin aout, et c’est pas tout de dire des bétises, mais faut aussi s’entrainer ! que la force soit avec moi !

    • ingrid 24 février 2015 at 13 h 12 min #

      Bonjour,
      Nous sommes une équipe de 4 personnes, inscrits pour la frappadingue de Bourg sur gironde. C’est notre 1ère course de ce type. Nous sommes en train de réfléchir, pour organiser notre week-end sur le site. Nous pensons bivouaquer, avec nos véhicules. Est-ce que c’est possible ? aura-t-on accès à des sanitaires ? (douches, wc, zone lavage petite vaisselle …). Des amis, non inscrits, pensent venir nous « supporter », est-ce possible ? peuvent-ils bivouaquer aussi ?
      Merci d’avance pour vos réponses.
      Cordialement

      Ingrid

  6. Violaine 8 novembre 2013 at 17 h 51 min #

    Bonjour à tous,

    Pour info j’ai trouvé un site que je trouve très bien qui nous en dit un peu plus sur les courses a obstacles. Le site s’appelle Made In Mud !
    Vous pouvez avoir accès au site via ce lien : http://madeinmud.com/

    Le site donne des infos sur les différentes courses en France mais donne aussi des conseils de préparation par exemple !

Trackbacks/Pingbacks

  1. Bien s’entraîner pour la « Frappadingue » | 360 Sports - Actualités et découvertes de nouveaux sports - 6 mars 2014

    […] devant l’obstacle et cherchez simplement à finir la course. C’est le but ultime, figurer en bonne place étant juste une cerise sur le gâteau […]

Leave a Reply